Annonces
>> Nouveau ! Kicklox Open vous donne accès à 23.000+ CV d'ingénieurs pour 199€ / mois, cliquez ici pour découvrir <<
  • 13.04.18

Textiles intelligents, la technologie à même la peau_

  • 13.04.18

Textiles intelligents, la technologie à même la peau_

par Marine dans la catégorie Dossier innovations

Textiles intelligents, une vieille histoire

 

Les textiles intelligents sont des matières textiles capables de capter et d’enregistrer ou de réagir à un signal ou à un stimulus de manière adaptée. La technologie de base de ces textiles ne date pas d’hier. Puisque le fil tissé avec des matières conductrices existait déjà il y’a près de 1000 ans. Les artisans brodaient du fil d’or dans les tissus. Ceux la étaient dédiés aux tenues des personnes haut-placées dans la société, et était signe de richesse.

En revanche ce n’est que plus tard, que le terme de textile intelligent prend son sens, vers le début du XIXème siècle. Depuis l’arrivée des premiers composants électroniques, l’homme cherche à combiner vêtements et électronique. Bien qu’évidemment, les composants de l’époque ne permettaient pas encore de disposer de produits véritablement fonctionnels et esthétiques.

Les premiers prototypes étaient portés notamment par les femmes de la “Electric Girl Company” (Une troupe de danseuses de ballet qui utilisait des tenues luminescentes à la fin du 19ème siècle). Elles arboraient des bijoux et des robes agrémentées de lumières afin de divertir les invités lors de soirées mondaines. Les textiles intelligents sont alors restés dans l’ombre en attendant que la technologie rattrape le concept. C’est avec des avancées technologiques récentes et des technologies toujours plus fines, que les textiles intelligents reviennent dans les esprits.

 

La Fibretronique

 

Les progrès en fibretronique (implantation de technologie dans les textiles) permettent aujourd’hui des fonctions très utiles. On retrouve divers matériaux permettant d’implémenter des fonctions dans les vêtements. Les plus courants étant les tissus conducteurs, mélange de fibres textiles et de fibres métalliques. Ces tissus sont déjà présents dans la grande distribution et se trouvent facilement. De nouvelles génération de textiles conducteurs organiques apparaissent depuis quelques années en laboratoire. Ils n’incluent pas de fibres métalliques mais plutôt des polymères (macromolécules présentes à l’état naturel ou créée artificiellement, par exemple, le caoutchouc, les colles, les matières plastique…).

 

On retrouve les techniques de microencapsulation par exemple. Qui permettent de stocker des liquides ou produits actifs au sein du tissu et de contrôler la libération de celui-ci. Les nanotextiles, font appel à la nanotechnologie afin de changer les caractéristiques physico-chimiques du tissu. Les biotextiles eux sont des fibres textiles destinées à être utilisées dans des endroits spécifiques. Où leurs caractéristiques s’adaptent selon certaines conditions ou biocompatibilité. Par exemple une tenue de sport qui réagit uniquement en cas de transpiration.

 

Des obstacles en apparence simples…

 

L’un des plus grands enjeux des vêtements intelligents, reste le lavage. En effet, il n’est pas très compliqué de fabriquer un vêtement intelligent seulement, parvenir à le rendre résistant au lavage, à la transpiration, au repassage, et à toute autre contrainte auquel il doit répondre est un problème autrement plus complexe. Par exemple un vêtement qui enregistrerait des données physiologiques doit posséder des fibres qui restent en place après les lavages sans se détendre ou rétrécir pour pouvoir enregistrer des données toujours précises. De plus les matériaux utilisés doivent conserver leur propriété isolantes pour ne pas mettre en danger l’utilisateur. La solution à se problème commençant à se dessiner grâce à la recherche.

 

 

 

Une technologie polyvalente mais encore peu répandue

 

Les champs d’applications pour les textiles intelligents sont divers et variés, et cela ne se limite pas qu’à l’habillement. On peut en fait appliquer les textiles intelligents sur toutes les surfaces ou on pourrait appliquer un tissu conventionnel : un siège de voiture, des rideaux, une housse de couette… On peut citer l’université de Nottingham qui a développé en 2014, un tissu pour siège de voiture capable de détecter l’endormissement au volant. En fonction du rythme cardiaque du conducteur le tissu analyse et reconnait le problème. La couette Smartduvet Breeze, permet de chauffer ou refroidir indépendamment les 2 côtés d’un lit.

 

Les experts considèrent que le marché français des vêtements intelligents atteindra 1,5 milliard d’euros en 2021. Cependant, étant donnée la faible offre pour le moment, et le prix très élevé des modèles actuellement disponibles, difficile de savoir si ces technologies deviendront tendances ou pas. Le secteur ne souffrant pas encore de réglementation très strictes en matière de collecte de données, de compositions ou de normes attire évidemment les entrepreneurs. De plus le marché du textile français étant en baisse, avec un emploi en berne. Certains voient dans le textile intelligent, l’occasion d’inverser la tendance et de figure parmi les leaders du secteur de demain. On dénombre 3 grands secteurs d’applications pour le moment, la santé et le sport et la sécurité.

 

Coté business

 

La start up BioSerenity, véritable pépite de la e-santé française a levé près de 15 millions d’euros en 2017. Incubée à l’IPEPS-ICM l’entreprise propose des gammes de vêtements connectés. Ceux la sont destinés à améliorer les diagnostics et la compréhension des maladies. En permettant notamment d’enregistrer les métriques de patients directement à domicile avec des dispositifs moins encombrants. Pour l’instant la société se concentre sur 4 grandes pathologies. Cela comprend l’épilepsie, les troubles du sommeil, les maladie cardiaques, et le suivi des grossesses. En mêlant intelligence artificielle, analyse automatique des données, applications mobiles et cloud, BioSerenity promet d’assurer un avenir brillant pour la e-santé française et les vêtements intelligents.

 

 

Exemple de vêtement connecté dédié au tracking physiologique par Bioserenity

 

L’entreprise alsacienne Spinali design, elle, propose une gamme de bikini connectés. Ils permettent de savoir lorsque l’utilisatrice à besoin d’une couche de crème solaire supplémentaire. Et ainsi éviter les coups de soleil et les brûlures intempestives durant les expositions au soleil. Ce concept existait déjà sous forme de bracelet connecté cependant celui ci n’était pas étanche… Pas très pratique pour un wearable à destination des plages… Le bikini utilise donc une technique non intrusive et discrète afin de protéger ses utilisatrices.

 

Des apparitions au grand public

 

Enfin, Ralph Lauren propose déjà au grand public des vêtement intelligents dédiés aux sportifs avec le Polo Tech, qui lui, permet un tracking complet de l’activité physique et cardiaque. Il avait fait parlé de lui lors du tournoi de tennis de l’US Open 2015. La marque avait habillé les ramasseurs de balles afin de tester en conditions réelles son prototype. Plus tard, l’entreprise a également sorti une veste à destination des skieurs capable de se réchauffer à la guise du porteur selon 3 programmes différents. Cette veste utilise un réseau imprimé en carbone et de l’encre d’argent pour faire circuler la chaleur et s’adapter.

 

 

Le polo tech de Ralph Lauren

 

L’industrie du vêtement connecté ou même plus globalement du textile intelligent est donc dans une phase de transition, entre recherche et commercialisation à grande échelle. Le succès ou non des premiers produits à sortir déterminera si il est préférable de pousser plus loin ce type de technologies ou si le rapport bénéfice/prix qu’en tire le consommateur restera toujours trop faible pour générer une croissance suffisante et attractive pour les entreprises.

Suivez-nous
Twitter
Inscrivez-vous à la newsletter




Autres articles_

Pour ne rien manquer :
Inscrivez-vous à la newsletter
hebdomadaire de Kicklox !_

Une fois par semaine, Kicklox vous envoie le meilleur des actualités de son blog : les nouvelles fonctionnalités de la plateforme que vous auriez manquées, les articles de presse marquant qui traitent l’innovation, nos dossiers thématiques...




En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies ou de technologies similaires. En savoir plus sur l'utilisation des cookies.

OK